gkgkjgkg
gkgkjgkg
Association Maurice Vissà - Editions de l'Avière
Association Maurice Vissà - Editions de l'Avière

Les fusillés de Saint-Léonard

Après l’attaque de la Compagnie de KRIEGSMARINE cantonnée à TAINTRUX, conduite par Marcel VICHARD chef du Maquis de CORCIEUX, les Maquisards se sont dispersés. Aux premières heures de la matinée, les Allemands savent en effet, que le mouvement est parti de CORCIEUX. Une véritable chasse à l’homme se déroule dans le secteur.

Deux Maquisards, René UNTERNEHR  et l’Abbé Yves MOAL ont pu se faufiler dans les taillis où ils ont passé la journée du 6 juin.
René UNTERNEHR, né le 1° Mai 1924 à LA HOUSSIERE est un enfant du pays. Il habite, avec ses parents, le hameau de la Côte, près de VANEMONT.
Yves MOAL, son compagnon, un breton, est né le 26 juillet 1922 à ST-POL-DE-LEON (FINISTERE), ses parents sont maraîchers.         
L’Abbé Yves MOAL, élève du Séminaire des Missions Etrangères de la rue du Bac à Paris, avait comme condisciple Gaston Moulin de CORCIEUX. Tous deux ont été désignés pour le service du travail obligatoire en Allemagne, et c’est pour s’y soustraire que les deux amis  sont venus à CORCIEUX où habite la famille de Gaston MOULIN (Gaston a été le premier  à être tué dans l’attaque du Café Gérard à TAINTRUX).

En cette après-midi pluvieuse et froide du 6 juin, ils avancent péniblement sous les feuillages mouillés, en s’égarant dans les bois de SARUPT. L’Abbé, très myope, qui a malencontreusement perdu ses lunettes, suit difficilement son compagnon. A la nuit tombante, ils demandent asile à la ferme des parents de René, à la Côte.
Après avoir pu se changer, les jeunes gens s’attablent. La quiétude est revenue dans ce foyer où tous se croient en sécurité.


Mais des coups de feu éclatent, faisant fuir les deux camarades, munis de leurs fusils, par une porte de derrière donnant sur la forêt. UNTERNEHR et MOAL sont près de gagner les bois, quand, à une croisée de chemin, ils sont capturés par une patrouille Allemande.

Conduits à CORCIEUX pour un premier interrogatoire, ils sont emmenés à l’Hôtel du Saumon à St LEONARD. Enfermés pendant une heure jusqu’à l’arrivée d’un général Allemand, ils sont roués de coups, torturés. Le témoignage de l’hôtelière d’alors, précisent avoir entendu les plaintes étouffées des malheureux. Elle a retrouvé les gourdins qui servirent à frapper et un découvert un plancher maculé de sang .

 

Les deux maquisards sont fusillés sur la route nationale, face au balcon de l’hôtel.

150 Allemands sont restés cantonnés à l’hôtel, perquisitionnant de la cave au grenier.
A sept heures du matin, les deux corps sans vie gisent au milieu de la chaussée allongés, côte à côte.
Le Maire, M. COLIN, les fait transporter au local des pompes où une chapelle ardente est dressée.

 

Le 7 juin, à midi, parvient à La Côte, la funèbre nouvelle du triste sort de René UNTERNEHR. Ses parents craignaient le pire depuis la veille au soir.

Ils se rendent sur place pour reconnaître leur enfant, et c’est un cercueil qu’ils ramenent à CORCIEUX.
L’Abbé MOAL est inhumé provisoirement au cimetière communal. Son corps a été rendu à sa famille, où il repose maintenant dans sa Bretagne natale.

Pour conserver à la postérité les noms de René UNTERNEHR et d’Yves MOAL, morts pour la France à SAINT-LEONARD, quelques années plus tard une stèle a été érigée sur le lieu de leurs sacrifices, à l’initiative de M. L’Abbé VAIMBOIS, curé de SAINT-LEONARD qui l’a faite financée par des souscriptions publiques et des représentations théâtrales.

Chaque année, l’Association du Souvenir des Evènements du Maquis de CORCIEUX et la Mairie de SAINT-LEONARD rendent hommage à ces deux héros.

 

PASSANT SOUVIENS TOI
« Ils sont morts pour ta liberté »

Actualité

Deux nouvelles librairies proposent notre livre,
à Altkirch et Haguenau
Voir onglet Boutique

Nous avons ajouté un lien vers le blog Victor Perrin,
la filature où travaillait
la famille Vissà
Voir onglet : 
Associations et sites amis

Appel à recherches

Pour faciliter l’identification de la tombe de Rachel Saidemann au Struthof (voir Dossier Saidemann ICI), nous recherchons dans quel cimetière a été inhumée  Ginette Salomon née en France le 13.3.1918, décédée le 28.2.1945 à Raghun, dont le corps a été identifié en 1954 par la Mission française de recherche. Nous souhaiterions aussi entrer en contact avec sa famille

Merci de faire circuler cette demande …

Viens de paraître

Cliquez sur le cadre Haslach
ci-dessus

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Maurice Vissà - Editions de l'Avière